Otoctone – Île-de-Itsukushima (厳島) / Hiroshima – Japon

Otoctone Ile de Miyajima

La petite île de Miyajima, officiellement appelée Itsukushima (厳島), se situe au large de la côte d’Hiroshima dans l’ouest de l’île de Honshū.

La vue sur le torii (portail) rouge du temple d’Itsukushima au devant du mont Misen a été désignée comme une des trois vues les plus célèbres du Japon par l’érudit Hayashi Gahō en 1643. Le temple lui-même a été désigné comme site du Patrimoine de l’UNESCO au Japon. Le vrai nom de l’île est Itsukushima (厳島), et Miyajima est juste un surnom populaire voulant dire « île sanctuaire ».

Des mesures strictes sont prises pour s’assurer que l’île conserve une apparence japonaise classique de l’ère Edo. Les cerfs se promènent librement dans les rues et les parcs. Ce sont des animaux sauvages, sans peur et curieux qui n’hésiteront pas à mâcher les vêtements qui pourraient pendre. Quelques morceaux de béton y ont quand même apparu, mais la promenade au bord de mer est particulièrement intéressante, surtout en fin de journée lorsque les hordes de touristes regagnent leurs pénates et que les lanternes de pierre sont allumées.

Comme beaucoup au Japon, l’île était autrefois un volcan.

Si l’île n’a qu’environ 2 000 habitants, elle accueille environ 4 millions de visiteurs chaque année. Une journée complète est suffisante pour voir la petite ville et le sommet de l’île ; la plupart des touristes visitent d’ailleurs l’île sur une journée depuis Hiroshima. Mais ceux qui y passeront la nuit la vivront d’une manière différente que ceux qui partent en fin de journée ; vous pourriez par exemple y passer l’après-midi et repartir le lendemain avant ou après déjeuner.

Miyajima a été considérée comme un lieu saint pendant la plus grande partie de l’histoire du Japon. En 806 après JC, le moine Kōbō Daishi gravit le mont Misen et établit la montagne comme un site ascétique de la secte Shingon du bouddhisme. Par la suite, les temples bouddhistes de l’île et les sanctuaires Shinto ont entretenu une relation étroite.

Par le passé, les femmes n’étaient pas autorisées sur l’île et les personnes âgées étaient expédiées ailleurs pour mourir, afin que la pureté rituelle du site soit maintenue.